Notre Dames des Landes : le vol organisé !

Nous sommes venus avec Eva Joly soutenir ce dimanche après-midi à Nantes les deux agriculteurs en grève de la faim depuis cinq jours contre le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Eva Joly réaffirme ainsi notre souhait de voir ce projet abandonné. Elle a rappelé que cet aéroport est une catastrophe écologique et une absurdité économique. Gardons Nantes-Atlantique!

Je suis membre de Collectif d'élus Doutant de la pertinence de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce collectif, rassemblant près de 1000 élus de toutes tendances politiques, s’oppose à la construction d’un nouvel aéroport,  projet inutile, coûteux et destructeur.
Inutile, car nous avons déjà un aéroport international à Nantes. Il est même primé comme étant le meilleur aéroport européen. Vivant à proximité depuis 30 ans, je témoigne qu’il n’est pas dangereux contrairement à ce qui est prétendu. Il n’a jamais empêché le développement de l’agglo nantaise ni de la région.
Le projet de Notre Dame des Landes est coûteux pour le contribuable car l’État et les collectivités locales ont prévu de mettre au pot commun environ 45% du coût de sa construction. Alors que bien d’autres investissements pour améliorer la qualité des services rendus aux citoyens devraient être prioritaires, les collectivités locales vont même prêter 115 millions d'euros au groupe Vinci pour réaliser ce nouvel aéroport. Il leur faudra également une « rallonge » et intégrer le coût des transports en commun qui n’est pas prévu pour le moment.
L’addition s’allonge encore un peu pour les usagers de l’aéroport car ils viendront en voiture remplir les caisses de Vinci gestionnaires des parkings.

L’impact environnemental est lourd avec la destruction de 2000 ha de terres agricoles, d’une centaine d’exploitations et d’un bassin de production bouleversés, un bocage exceptionnel détruit.
Notre collectif d’élus a fait réaliser une étude par un bureau spécialiste et indépendant dans l’analyse coûts/bénéfices des grands investissements. Le résultat est clair : construire ce nouvel aéroport se traduira par un déficit pour la collectivité compris entre 90 et 600 M€ en fonction des hypothèses rendues ; a contrario, réaménager Nantes-Atlantique se traduirait par un gain compris entre 100 et 160 M€.
Au vu de ces éléments, nous demandons l’abrogation de la déclaration d’utilité publique qui permettra de remettre à plat les enjeux autour de ce projet. La raison finira par payer !



















Quelques repères :


Opposés à la construction de l’aéroport, les 2 grévistes de la faim agriculteurs, demandent le gel des expropriations tant que n'auront pas abouti tous les recours contre le projet. Depuis vendredi, tracteurs, caravanes et moutons ont déménagé près de la place du Commerce, square Jean-Baptise Daviais. Venez leur apporter votre soutien. Les grévistes ont mis en place une boîte vocale où il est possible de connaître l'évolution de leur mouvement (06 64 62 69 25)http://acipa.free.fr/
Comments